Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/12/2010

Lutte contre la précarité énergétique en France : des factures d’électricité allégées pour les foyers en difficulté

precariteenergetique.jpgA la veille de Noël, le nouveau Ministre français de l’Energie, Eric Besson, vient d’annoncer un geste en direction des plus démunis. A compter du 1er janvier 2011, le rabais accordé aux 625.000 foyers bénéficiant des tarifs sociaux de l’électricité va augmenter de 10 points. Selon la taille du foyer, l'abattement des factures d'électricité passera de 30 à 40 %, de 40 à 50 % et de 50 à 60 %.

De plus, le ministre a souhaité que les foyers les plus modestes se voient accorder automatiquement les tarifs sociaux de l’électricité et du gaz sans avoir à en faire la demande. En effet, on estime que seule la moitié des foyers concernés bénéficie du tarif de première nécessité de l’énergie, soit par manque d’information, soit par gêne. Cette mesure vise donc à pallier cette lacune.

Enfin, Monsieur Besson signera prochainement une convention avec l’Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (l’ADEME) pour la mise en place d'un Observatoire de la précarité énergétique. L’objectif est de définir précisément ce qu’est la précarité énergétique mais aussi d’assurer un suivi des aides publiques accordées aux plus démunis.

Audrey Houssière, Pour la Solidarité

22/12/2010

Année européenne 2010 de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale : tout reste à faire…

Couvertue_cahier24.jpg

Les 16 et 17 décembre derniers s’est déroulée la cérémonie de clôture de l’Année européenne 2010 consacrée à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

 

A cette occasion, Eurostat a présenté les résultats d’une étude alarmante sur les « Revenus et conditions de vie en Europe ». De cette étude, nous retiendrons trois chiffres préoccupants : en 2008, 42 millions de citoyens de l’UE étaient en « situation de privations matérielles grave », 81 millions vivaient sous le seuil de pauvreté de leur pays respectifs, tandis que 116 millions étaient menacés par la pauvreté ou l’exclusion.

La réduction de la pauvreté constitue donc LE défi des années à venir et il incombe à l’Union européenne et aux Etats membres de redoubler d’efforts pour sortir de cette situation indigne l’une des régions les plus riches du monde. L’objectif européen est clair : il s’agit de sortir 20 millions de personnes de la pauvreté à l’horizon 2020.

 

Dans cette perspective, la Commission européenne a présenté une communication intitulée « Une plateforme européenne contre la pauvreté et l’exclusion ». Dans ce document, elle définit les mesures destinées à soutenir les Etats membres : meilleure coordination politique, apprentissage mutuel, nouveaux partenariats et innovation en matière de politique sociale,... figurent à l’ordre du jour.

 

A présent, c’est aux gouvernements que revient la responsabilité d’agir : il est demandé aux Etats membres de fixer des sous-objectifs nationaux clairs et quantifiés et de rendre compte annuellement des progrès qui auront été réalisés en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion.

Audrey Houssière, Pour la Solidarité

21/05/2010

L’éducation pour lutter contre l’exclusion sociale.

L’exclusion financière est un des aspects de l’exclusion sociale et de la pauvreté. Comprendre ses causes, c’est déjà trouver des solutions.

Tout d’abord, un chiffre éloquent : 16 pc. C’est la proportion de la population européenne qui vit sous le seuil de pauvreté.

Ce constat alarmant est d’autant plus inacceptable que l’exclusion sociale qu’engendre bien souvent la pauvreté constitue, pour les personnes concernées, un déni de leurs droits fondamentaux.

On le sait, la pauvreté est multidimensionnelle. Elle doit donc être analysée sous ses différents aspects, afin d’apporter des propositions de solutions cohérentes et efficaces.

L’exclusion financière représente l’un des aspects de la pauvreté et de l’exclusion sociale. Il est en effet devenu indispensable d’avoir accès aux services financiers pour participer pleinement à la vie économique et sociale de nos sociétés. Sans compte bancaire, il est par exemple difficile de trouver un emploi car les salaires sont presque toujours payés par virement bancaire. Et il est impossible de faire des achats sur Internet.

Quelques chiffres à nouveaux : dans les pays de l’Europe des 15 (les pays ayant adhéré à l’Union avant 2004), 10 pc des personnes de plus de 18 ans ne disposaient d’aucun compte bancaire en 2003. Cette proportion atteint les 47 pc dans les pays de l’Europe des 10 (les pays ayant adhéré à l’Union en 2004).

Les causes de cette exclusion financières sont diverses. Coût des services financiers trop élevé, complexité de l’offre, manque d’information, manque de confiance en l’institution financière ou encore problèmes d’accessibilité sont autant de freins à l’inclusion financière.

Face à ces différents constats, le développement d’initiatives en matière d’éducation du consommateur peut représenter une piste de solution. Bien entendu, les initiatives prises dans ce domaine devraient venir en complément d’un cadre réglementaire, européen et national, qui consacrerait l’accès de chacun à un compte bancaire de base.

Un certain nombre de pays européens, dont la Belgique, ont mis sur pied une série de programmes et de bonnes pratiques en la matière. Leur analyse a permis de mettre en évidence l’intérêt et la nécessité du développement d’une approche selon le cycle de vie, mieux adaptée aux besoins des personnes en fonction de leur âge et de leur situation familiale et professionnelle. Elle a également souligné le fait qu’il faut davantage veiller à ce que ces programmes touchent réellement le public cible.

Cela pourra notamment se faire via des partenariats entre ONG, institutions publiques et secteur privé.

Pour en savoir plus :

- www.pourlasolidarite.eu

- http://ec.europa.eu/internal_market/finservices-retail/inclusion_fr.htm

- http://www.fininc.eu/index,en.html

23/02/2010

Lutter contre la pauvreté : un placement d’avenir

 

Invitation-conference-top.jpg

Finance et pauvreté, deux concepts que tout oppose … du moins à première vue. Car si on y réfléchit bien, ces deux là pourraient se rencontrer et changer pas mal de choses.  Pour la Solidarité se propose de jouer les entremetteurs.

 

Nous organisons donc une conférence européenne intitulée : « Le secteur financier, acteur de l’intégration sociale ». Elle aura lieu à Bruxelles, le jeudi 11 mars 2010 au Comité Economique et Social Européen, en partenariat avec le Groupement Européen des Caisses d’Epargne, le Crédit coopératif, de FEBEA et du Ministre des affaires sociales de la région Bruxelloise, Emir Kir.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre plus large de l’année européenne 2010 de la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale. Notre Think Tank s’est en effet donné pour mission de promouvoir l’intégration sociale sous toutes ses formes.

Inscrivez-vous !

Découvrez le programme de la conférence