Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/03/2011

Quand les prix de l’essence s’embrasent…

image-blog.jpgLa flambée des prix du carburant est sur toutes les lèvres : l’essence a atteint une nouvelle fois un niveau record en dépassant les 1.6€ au litre et, dans le contexte de crise actuel chez nos voisins arabes, la situation n’est pas prête de s’inverser.

Pourtant, cette hausse du prix de l’essence n’a pas que des inconvénients. Petit tour d’horizon de la question…

Selon Guillaume Duval, journaliste à Alternatives Economiques, il s’agit là d’une bonne nouvelle pour l’environnement puisque les hausses de prix forcent les consommateurs à revoir leur consommation à la baisse, à limiter les déplacements inutiles en voiture, à utiliser davantage les transports en commun,... En bref, à être plus respectueux de l’environnement.

Toutefois, dans un contexte général d’accélération des prix et de décélération des salaires, cette situation pénalise gravement les ménages aux revenus modestes ainsi que les personnes isolées géographiquement des centre villes (parfois par nécessité économique, parce que les terrains y sont moins chers). Citons également les personnes dont l’activité professionnelle dépend d’un véhicule automobile : auxiliaires de vie, infirmières à domicile, plombiers, taxis, entreprises de transport,… autant de professionnels qui voient une part de plus en plus importante de leur salaire s’envoler dans les frais de déplacement et qui se voient forcés de répercuter ces hausses des prix sur les tarifs facturés… De façon générale, c’est donc l’économie dans son ensemble qui est touchée : quelles sont alors les solutions pour enrayer le phénomène?

De manière individuelle, les conducteurs peuvent réaliser des économies en adoptant une conduite plus éco-responsable. Ainsi, l’ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) indique qu’une conduite sans à-coups peut permettre de réaliser 40 % d'économies ; un bon gonflage des pneumatiques : 2,4 % d'économies et une réduction de la vitesse de 10 km/h : 1 litre économisé tous les 100 kilomètres.

Pour autant, ces mesures ne doivent pas dispenser les pouvoirs publics d’une action pour équilibrer la situation. Le fait de baisser les taxes est envisagé un peu partout en Europe : on citera à titre d’exemple les discussions autour du « cliquet inversé » en Belgique qui désigne un mécanisme par lequel l’Etat fédéral diminue les accises perçues sur l’essence afin de limiter la hausse des prix du carburant. Cependant, ce point est sujet à débats : le fait de diminuer la fiscalité pétrolière n’encourage pas les gens à diminuer leurs consommations et ralentit la croissance économique. Une autre solution, qui permettrait de rétablir plus de justice sociale, serait d’introduire un tarif social sur l’essence comme il en existe un pour le gaz et l’électricité afin de préserver le pouvoir d’achat des plus démunis.

Audrey Houssière, Pour la Solidarité

Les commentaires sont fermés.