Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/01/2011

Je m'immole … donc je suis

Effet domino... Après la Tunisie, l'Algérie et l'Egypte... Les cas d'immolation par le feu se succèdent en Afrique du Nord, révélateurs d'un malaise social et politique grandissant. Mi-décembre, Mohammed Bouazizi s'était immolé, déclenchant la révolte populaire en Tunisie et in fine le départ de Ben Ali. Généralement jeunes, sans emploi, les « immolés » expliquent leur acte par « trop de mépris, trop de détresse et aucune autre issue que la mort ». Alors que l'acte de suicide relève normalement de la sphère privée, ce geste de désespoir a pour objectif d'être vu et d'alerter les autorités publiques. En témoigne le choix du lieu de l'immolation: en face d'institutions politiques, comme le Sénat, l'Assemblée populaire, ou le bureau du préfet...

S'immoler pour contester

Même si le feu a une symbolique de purification dans le mythe oriental, les premiers à s'être servis de cet acte comme mode de contestation, sont les moines bouddhistes dans les années 60. Dans les pays arabes, les citoyens dénoncent des conditions sociales et politiques insupportables. Le taux de chômage s'élève à 10% en Algérie et Egypte, où le niveau de vie est très élevé relativement au pouvoir d'achat. En Egypte, Hosni Moubarak a instauré un véritable régime dictatorial depuis 30 ans. L'Algérie connaît l'état d'urgence depuis 1992, prétexte à la répression et au contrôle de la liberté d'expression.

Immolation et rupture du lien social

Au-delà des difficultés politiques et économiques, les actes d'immolation s'inscrivent clairement dans le processus d'individualisation des sociétés. L'individu n'est plus porté par un groupe, il doit assumer seul ses responsabilités qu'il ne peut plus partager. Cet acte met donc en évidence la nécessité de remettre la solidarité à l'honneur dans nos sociétés.

Mylène Rousselle, Pour la Solidarité

16:20 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité

Les commentaires sont fermés.