Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/01/2011

Cachez cet immigrant que je ne saurais voir

photos de noborder network.jpgLe 3 janvier dernier, le ministre grec chargé de l’Immigration a confirmé la volonté de son gouvernement d’aller de l’avant avec son projet de construction d’un mur à la frontière gréco-turque, visant à freiner l’immigration clandestine. À l’instar de l’Espagne il y a quelques années, la Grèce est devenue la nouvelle porte d’entrée en sol européen pour des centaines de milliers de migrants, venus principalement d’Asie. On estime aujourd’hui à 90% la proportion de clandestins qui arrivent en Europe en passant par le territoire grec. L’immigration clandestine constitue un problème croissant pour le pays hellénique, qui se retrouve débordé face à cet afflux massif de migrants.

Le projet vise la construction d’un mur d’une hauteur de 3 mètres entre les villes de Kastanies et de Nea Vyssa dans le Nord-est du pays. D’une longueur d’une douzaine de kilomètres, il sera situé dans une zone où aucune frontière naturelle n’empêche le passage des migrants et où, pour l’année 2010, plus de 30 000 interceptions de clandestins ont été effectuées.

La Commission Européenne a aussitôt émis ses réserves face au projet, par l’entremise de Michele Cercone, porte-parole de la commissaire en charge de la sécurité, pour qui « les murs ou les grillages sont des mesures à court terme qui ne permettent pas de s'attaquer de manière structurelle à la question de l'immigration clandestine ». Paradoxalement, l’Union Européenne avait pourtant financé les projets de clôtures anti-clandestins ceinturant les enclaves espagnoles de Ceuta et de Melilla en Afrique du Nord...

Dave François, Pour la Solidarité

15:09 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe

Les commentaires sont fermés.