Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/05/2010

La réforme des retraites est d’actualité non seulement en France mais également dans la plupart des pays européens.

En cause l’allongement de l’espérance de vie qui fait que la proportion entre les actifs qui financent la sécurité sociale (via leurs cotisations sociales notamment) et les inactifs serait trop faible pour assurer des pensions décentes à tous. La solution au problème consiste donc principalement, pour les gouvernements, à augmenter le nombre d’années de cotisation…

Rappelons néanmoins que les dépenses de la sécurité sociale concernent aussi les allocations de chômage et autres allocations sociales, ainsi que l’assurance-maladie.

En conséquence, pourquoi les gouvernements, ne s’orientent-ils pas, en premier lieu, vers l’augmentation du taux d’emplois des jeunes, des femmes et des travailleurs âgés, plutôt que de remettre en cause le nombre d’années de cotisation ?

Les emplois verts qui se dessinent dans le cadre de la transition vers une économie plus durable du point de vue environnemental, le développement du secteur des services à la personne, le développement de mesures de conciliation entre travail et familles qui permettraient aux femmes de s’investir davantage et dans le cadre d’emplois convenables sur le marché du travail, sont des mesures qui mériteraient d’être creusées. Leur coût, les économies et les retombées en termes de cotisations pour la sécurité sociale qu’elles engendreraient doivent être évaluées et leur impact en termes de cohésion sociale doit être pris en compte.

En revanche, parfois évoqué, le travail bénévole des retraités, s’il représente une richesse à préserver, peut difficilement être pris en compte en tant qu’élément de solution pour les retraites. En effet, d’une part, il ne donne lieu à aucune cotisation sociale, d’autre part, une des caractéristiques du travail bénévole est précisément le volontariat. Cela signifie que le travail ne fait l’objet d’aucune contrainte de la part des prestataires.

La richesse produite annuellement allant, en principe, en s’accroissant ; le déficit engendré par l’arrivée à la retraite des baby-boomers devrait, par ailleurs, progressivement représenter une somme beaucoup moindre par rapport au PIB généré par l’activité économique. Mais de ce point de vue, comme de celui de l’évolution démographique, l’avenir reste incertain !

Quant au rapport entre les cotisants et les inactifs, soulignons qu’à l’époque du développement des régimes des retraites, en 1945, les femmes ne travaillaient pas ou beaucoup moins, en tous cas comme salariées, et donc ne contribuaient pas au financement du système. Il est vrai qu’elles n’en bénéficiaient pas non plus…

Commentaires

Superbe travail, je vous remercie pour votre aide, et notez dans un 1er temps que je "plussoie" moi aussi entièrement votre positon ! J'insiste, oui votre article est vraiment bon, je reviendrai régulièrement vous lire... Je vais avoir besoin d'un peu de temps pour réfléchir à tout ça.

Écrit par : Mutuelle France | 24/05/2010

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre commentaire très positif.
Étant donné que vous avez signé le commentaire avec "Mutuelle France", vous serez très certainement intéressé(e) par notre dernier publication de la série "Les Cahiers de la Solidarité" :

"Responsabilité sociétale des entreprises. La spécificité des sociétés mutuelles dans un contexte européen"

Voici le lien à partir duquel vous pouvez télécharger le cahier : http://www.pourlasolidarite.be/Responsabilite-societale-des,11182?lang=fr&retour=y

N'hésitez pas à nous écrire pour commenter aussi cette analyse !

Écrit par : Jérôme Hubert | 25/05/2010

Les commentaires sont fermés.